Il est indéniable que l’écurie active est un mode d’hébergement qui optimise le bien-être des chevaux. Grace à l’automatisation de la distribution des aliments et au curage mécanisé des fumiers, l’écurie active fait également considérablement baisser la pénibilité du travail ainsi que le besoin en main d’œuvre.

Pascal Frotiee, l’un des précurseurs du système en France estime à 1h30 son temps de travail quotidien consacré aux taches d’entretien des 40 chevaux en hiver, beaucoup moins en été où les chevaux ont accès aux paddocks et pâtures. Il considère avoir réduit de l’ordre de 70% son temps de travail consacré à ces tâches qui ne créent pas de valeur ajoutée et comprenant également les sorties et rentrées du paddock. Peut-on pour autant dire que l’écurie active permet de travailler moins ?

ECURIES DE LISORS

Des compétences d’homme de cheval

Afin que le troupeau évolue dans une bonne ambiance, il est indispensable de procéder aux ajustements, réglages et modifications de l’espace de vie des chevaux qui leur permettent de vivre en bonne entente et dans une ambiance calme. Cela demande d’abord des compétences d’observation et une capacité à prendre les bonnes décisions. Connaitre ses chevaux, leurs partenaires privilégiés, leur bête noire et leurs habitudes demande du temps de présence et d’observation. C’est cependant beaucoup plus intéressant et épanouissant que de soulever du fumier dans des boxes.

Du temps disponible pour la création de valeur ajoutée

Ce temps libéré et cette plus grande flexibilité des horaires permettent de développer tout ce dont on ne peut plus s’occuper lorsqu’on manque de temps. Ainsi, on peut consacrer plus de temps aux tâches qui génèrent de la valeur ajoutée comme l’enseignement, le travail des chevaux, le coaching, l’organisation d’évènements, le contact client ou le développement commercial de la structure. On peut donc dire que l’écurie active permet surtout de travailler autrement et plus efficacement.

Enfin, et c’est un pari important pour l’avenir, une écurie active demande un travail beaucoup moins physique qu’une écurie traditionnelle et permet d’inscrire son activité sur une plus longue durée sans se poser la question de savoir si l’on aura toujours la force ou la résistance nécessaire pour continuer cette activité en prenant de l’âge.

 

All rights reserved Salient.