Tout savoir sur le bâtiment dortoir

Par 22 décembre 2017 mai 2nd, 2019 Aménagements, Articles

Batiment-dortoir Tout savoir sur le bâtiment dortoirLe bâtiment dortoir est un point d’intérêt important de l’écurie active. Il représente potentiellement un investissement conséquent du projet puisqu’en général, c’est aux alentours d’1/4 du budget qui y est consacré. Il est donc important d’envisager tous les paramètres qui vont influencer son utilisation par les chevaux ainsi que sa praticité. De nombreuses écuries actives réutilisent avec succès des bâtiments existants. L’aménagement devra alors se faire en tenant compte des conseils de cet article. Après avoir clairement défini les objectifs pour un tel équipement, nous en étudierons les différents aménagements.

Objectifs

Le premier objectif concernant le bâtiment de couchage est qu’il y règne le plus grand calme possible de façon à ce que les chevaux puissent l’utiliser pour se reposer. Cette ambiance calme ne sera atteinte que lorsque aucune autre activité ne s’y déroulera d’une part et que si le bâtiment est implanté et aménage de telle sorte que les chevaux y viennent et s’y sentent bien. Ce point est indéniablement le plus compliqué car évidemment nous ne sommes pas dans leur tête et en fin de compte ce sont eux qui donnent le verdict. La règle de base est de ne distribuer aucune nourriture dans le bâtiment car cela va générer beaucoup d’agitation. De la même façon, on évitera d’y positionner l’abreuvoir pour les mêmes raisons.

Le second objectif est que tous les chevaux puissent s’abriter. Si cela ne pose jamais de souci au dominant de la bande, celui qui est plus bas dans l’échelle sociale a également besoin de pouvoir s’abriter. L’expérience montre qu’à environ 10 m² d’abri par cheval, l’ensemble des chevaux a accès à l’abri et aucun ne se trouve donc contraint de rester dehors.

 

Un ou plusieurs bâtiments

C’est une question pertinente dont la réponse n’est pas si évidente. En effet, il est clair que plusieurs lieux de repos permettent à plusieurs sous-groupes de se reposer dans le calme alors qu’ils seraient plus agités s’ils étaient tous sous le même toit cependant. On remarque également que lorsque plusieurs emplacements sont disponibles, il semble souvent que l’un d’eux ait la faveur de tous et il n’est pas rare de voir un abri vide avec un groupe de chevaux restant à l’extérieur du second en attendant que la place se libère. Si on propose plusieurs abris, on veillera donc à ce que ces derniers offrent une certaine équité relativement aux critères énoncés ci-après.

Lorsque l’on construit un bâtiment spécialement pour le couchage pour des groupes de plus d’une quinzaine d’individus, on organise plutôt plusieurs espaces partiellement séparés les uns des autres. De cette façon, on bénéficie de plusieurs zones qui gardent des avantages similaires du point de vue des chevaux.

Dimensions

Batiment-dortoir Tout savoir sur le bâtiment dortoirLa référence est de 10 m² par cheval. On pourra réduire un peu pour des individus très calmes comme des chevaux d’instruction ou des chevaux en retraite ; à 8 m² pour des poneys et à 6 pour des shetlands. De façon générale, plus que la surface, c’est l’aménagement et les proportions qui font le « succès » du bâtiment de couchage.

Proportions

Les proportions d’un « bon » bâtiment de couchage seront une large façade avec plusieurs entrées d’au moins 3m de large et une relativement faible profondeur. 6m de profondeur semblent être assez idéal pour ne pas avoir un effet « souricière » pour les chevaux. En effet, les subordonnés appréhendent toujours et à juste titre de se retrouver coincé par un dominant au fond d’un couloir. Une règle à garder en tête est que, où que se trouve un cheval, il doit toujours disposer d’une issue du bâtiment si un dominant y entre.

Orientation et implantation

L’orientation du bâtiment influence directement l’ambiance qui y règne avec l’ensoleillement donc la luminosité, l’exposition aux vents dominants et donc la ventilation et enfin d’humidité avec ‘exposition aux vents de pluie.

Classiquement, on oriente le bâtiment dos au vent, toutes les ouvertures sur la même façade « sous le vent » de façon à ne pas générer de courant d’air entre les différentes portes.

L’implantation du bâtiment se fait dans la mesure du possible en hauteur et impérativement avec une visibilité sur la majeure partie de l’écurie active. En effet, les chevaux qui se reposent se sentent rassurés s’ils ont un point de vue d’une part sur l’environnement (peut être un réflexe pour mieux voir venir le danger potentiel). Enfin, le contact visuel avec le reste du groupe est indispensable pour oser se laisser aller, s’assoupir puis se coucher.

Aménagements intérieurs

Batiment-dortoir Tout savoir sur le bâtiment dortoirCloisons

Elles doivent être le plus sobre possible pour contribuer au calme et générer du confort pour inciter les chevaux à se reposer couchés. L’expérience des écuries actives et les essais menés au Haras National Suisse d’Avranches nous ont appris, c’est que le temps de repos couché augmente si l’on aménage des paravents à l’intérieur de l’abri de couchage. Les chevaux bénéficient de la proximité sécurisante des congénères tout en pouvant « se retirer » de la promiscuité générée par le groupe derrière des cloisonnements.

Sols

Pour le confort de couchage, le sol sera recouvert soit de litière mais cela génère du travail supplémentaire car les chevaux vont venir préférentiellement y déposer leurs déjections, soit de matelas confort. L’avantage de cette seconde solution est de générer moins de travail car les chevaux y urinent beaucoup moins probablement du fait des éclaboussures ou du bruit. L’utilisation de matelas permet aussi de créer des zones de toilettes en paillant une petite surface pour que les chevaux y urinent et y déposent plus volontiers leurs crottins. Cela permet également un gain de temps de travail.

On pourra enfin aménager l’intérieur de l’abri à sa guise avec des zones de matelas confort plus destines au couchage et des zones en tapis caoutchouc plus propices à un repos debout ou à devenir des postes d’observation comme par exemple au niveau des entrées du bâtiment.

Accès

En dehors des portes donnant du dortoir vers l’écurie active, on veillera à ce qu’il y ait le moins possible d’accès qui viendraient troubler le calme des chevaux au repos. Selon la configuration du site, un accès pour le personnel peut cependant être pratique. Par contre, y installer une sortie vers l’extérieur que les cavaliers vont emprunter pour rentrer et sortir les chevaux du groupe est plutôt un agencement qui va créer de l’agitation. C’est pourquoi, on préfère un sas de sortie plutôt positionné vers la zone de distribution du fourrage.

Portes

L’aménagement des portes du bâtiment permet de gérer les entrées et sorties des chevaux mais aussi celles des mouches et des courants d’air. C’est pourquoi on observe souvent l’aménagement de rideaux à lanières transparents qui sont très efficaces. Leur traversée dans le calme par les chevaux demande un petit apprentissage qui se fait comme celui du portillon de sorties des automates de façon progressive sans trop de difficulté.

 

Le dortoir est un des points d’intérêt de l’écurie active. Si la réutilisation d’un bâtiment existant est très souvent possible, il reste qu’un aménagement simple mais bien pensé pour les chevaux en améliorera la fréquentation, signe de confort et de bienêtre des chevaux. Pour les constructions neuves, ces quelques recommandations devraient répondre aux besoins de la plupart des chevaux.

Arnaud Lallemand

Consultant chez Horse Stop
Passionné de la relation homme cheval, il pratique l’équitation depuis l’enfance dans de nombreuses disciplines (CSO, complet, dressage, attelage, voltige cosaque, randonnée, élevage …) et fréquente divers établissements équestres toujours assoiffé de connaissance sur le cheval. Ingénieur des techniques agricoles, son expérience professionnelle conjugue porte à la fois sur les équipements et sols équestres et sur le cheval en tant que tel. 6ans passés au service ingénierie des Haras Nationaux ont développé ses compétences en terme de conception des sols équestres et de développer ses connaissances sur les questions de bien-être des chevaux. Il obtient le DU d’éthologie de l’université de Rennes avec mention. Convaincu que le bien-être du cheval n’a de sens que s’il est porté par une grande fonctionnalité de l’ensemble de la structure. A l’occasion de l’Equimetting infrastructures équestres du Lion d’Angers,il rejoint la société Horse Stop pour importer en France le concept très innovant de l’écurie active. Le partenariat avec HIT et l’approche scientifique du comportement équin font aujourd’hui bénéficier les porteurs de projet d’écurie active d’une compétence unique.
Batiment-dortoir Tout savoir sur le bâtiment dortoir

Laissez un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

All rights reserved Salient.

Guide Complet
de 64 pages

Tout ce qu’il faut savoir pour créer son Ecurie Active

Découvrir