Je suis sensible au bien-être de mes chevaux, je veux qu’ils soient hébergés dans les meilleures conditions et ce ; sans
anthropomorphisme mais bien du point de vue du cheval. Bref, je veuxqu’ils aient une vraie vie de cheval…mais sans pour autant que j’ai, moi, une vie de chien… !

Passer l’hiver les pieds dans la boue, non merci !
Me casser le dos à faire les fumiers, non merci !
Faire le surveillant entre les chevaux quand je distribue les rations, non merci !
Perdre mon temps à emmener les chevaux au paddock le matin, et en perdre autant pour les rentrer le soir, …..non merci !
On m’a bien parlé du concept de l’écurie active …mais beaucoup de questions se posent encore pour savoir si je peux créer une écurie active chez moi:

Est ce que ça va correspondre à mon activité ?
De quelle surface ai-je besoin ?
Est-ce que mes chevaux vont s’y habituer ?
Quelle configuration va-t-elle convenir au fonctionnement de mon écurie ?
Y a-t-il des contre indications pour certaines activités ou certains types de
chevaux ?
Autant de questions qui se posent lors d’un projet d’installation ou d’évolution
d’une structure équestre.

 

A quel type de structure le concept d’écurie active est-il adapté ?

Le critère objectif qui permet de définir si l’écurie active convient à une écurie est la stabilité du groupe de chevaux. En effet, le cheval est un animal grégaire dont l’organisation sociale naturelle s’organise l’immense majorité du temps :
• En groupes familiaux composés d’un étalon et de son harem de 1 à 5 jument(s) et de leur descendance âgée de mois de 3 ans.
• En groupes de mâles célibataires composés de 2 à environ 5 individus et dont la composition varie avec le temps
• Rarement, certains vieux mâles fatigués choisissent de vivre seuls.

Les changements dans les groupes remettent en cause les relations de dominance et d’affinités entre individus et génèrent stress et réactions vives.
La stabilité du groupe est donc un élément de calme chez tous les chevaux hébergés en groupe ; y compris en écurie active.
Ainsi, ce mode d’hébergement est adapté :
• Aux écuries de propriétaires et à tous les modes de pension à condition que les pensionnaires viennent pour une durée longue ; un cheval en pension pour un court séjour ne sera pas intégré au groupe.
• Aux écoles d’équitation, le groupe de chevaux et /ou poneys. L’hébergement constitue même un plus car les chevaux se connaissant, l’expression des relations de dominance se fait de façon discrète y compris avec des cavaliers
débutants sur leur dos. Ce qui constitue un gage de sécurité lors des reprises.
• A l’élevage. Les poulinières seront seulement séparées du groupe à l’approche du poulinage ; ce qui est un comportement naturel. Les juments suitées ne seront, au moins dans un premier temps pas remises dans le groupe pour éviter toute panique du foal lorsque sa mère est dans un automate de distribution d’alimentation. L’alimentation gérée individuellement permet par contre d’optimiser la croissance des jeunes et de garantir que chacun mange en fonction de ses besoins propres.

L’écurie active n’est pas adaptée aux :
• Écuries de commerce où le va et vient des chevaux est trop rapide
• Pensions pour du court terme, de type écurie spécialisée dans la convalescence, gîte d’étape ou les chevaux n’ont pas le temps d’apprendre le fonctionnement des automates.

Quelle est la surface minimum pour installer une écurie active ?

L’expérience de centaines d’écuries actives installées d’abord en Allemagne puis à travers le monde montre que la surface minimum pour recevoir une écurie active, c’est 100 m² de paddock par cheval. Cela constitue un seuil en dessous duquel on a plus de mal à obtenir l’ambiance calme et sereine caractéristique d’une écurie active.
(Cette valeur de 100 m² par cheval est valable pour des chevaux calmes comme les chevaux en retraites, les chevaux d’instructions ou les chevaux de loisirs. Pour des chevaux de sport ou des jeunes plus turbulents, on comptera plutôt
150 à 200 m² minimum par individu.)
Si l’on dispose de plus de terrain, cela va permettre de préserver les pâtures en conditions humides en gardant les chevaux sur la surface stabilisée et de profiter de l’herbe en conditions plus
favorables.
Une surface d’abri d’environ 10 m² par cheval est recommandée. Elle permet que même les individus en bas de la hiérarchie puissent s’abriter des insectes et du soleil en été et des intempéries en hiver. Le concept de l’écurie active est donc tout particulièrement indiqué pour les écuries et centres équestres en milieu urbain ou péri-urbain ou l’accès au foncier est souvent compliqué si ce n’est impossible.
Ça y’est ! J’ai le terrain et j’ai la surface suffisante pour installer une écurie active. Mais comment réaliser l’agencement qui me permettra de travailler dans de bonnes conditions toute en garantissant la sécurité des chevaux, une ambiance calme et qui va générer suffisamment de locomotion pour que les chevaux soient en parfaite santé ? Les experts en aménagement équestre d’Equin + sont justement là pour vous accompagner. Forts d’une formation scientifique en éthologie du cheval, du retour d’expérience de centaines d’écuries actives installées dans le monde, ils trouvent toujours l’agencement qui vous convient. Inspirez vous des écuries actives existantes pour imaginer la votre avant de créer votre écurie active. Les propriétaires de ces structures sont souvent très motivés pour vous faire connaître et développer ce mode d’hébergement plus propice au bien-être des chevaux et des cavaliers.

arnaud-lallemand Puis-je créer une écurie active chez moi ?

Arnaud Lallemand

Consultant chez Equin Plus - Horse Stop
Passionné de la relation homme cheval, il pratique l’équitation depuis l’enfance dans de nombreuses disciplines (CSO, complet, dressage, attelage, voltige cosaque, randonnée, élevage …) et fréquente divers établissements équestres toujours assoiffé de connaissance sur le cheval. Ingénieur des techniques agricoles, son expérience professionnelle conjugue porte à la fois sur les équipements et sols équestres et sur le cheval en tant que tel. 6ans passés au service ingénierie des Haras Nationaux ont développé ses compétences en terme de conception des sols équestres et de développer ses connaissances sur les questions de bien-être des chevaux. Il obtient le DU d’éthologie de l’université de Rennes avec mention. Convaincu que le bien-être du cheval n’a de sens que s’il est porté par une grande fonctionnalité de l’ensemble de la structure. A l’occasion de l’Equimetting infrastructures équestres du Lion d’Angers,il rejoint la société Horse Stop pour importer en France le concept très innovant de l’écurie active. Le partenariat avec HIT et l’approche scientifique du comportement équin font aujourd’hui bénéficier les porteurs de projet d’écurie active d’une compétence unique.
arnaud-lallemand Puis-je créer une écurie active chez moi ?

Les derniers articles par Arnaud Lallemand (tout voir)

Laissez un commentaire

All rights reserved Salient.