Skip to main content

L’écurie Active et son évolution 20 ans après

Par 14 décembre 2021Actu, Articles

Le concept de l’écurie active a vu le jour en 2001 en Allemagne, il se développe de plus en plus sur notre territoire à présent. Comme beaucoup d’innovations ce principe est né de la conjugaison d’un concours de circonstances, de questionnements et de la volonté d’une personne, en l’occurrence Thorsten Hinrichs, de changer et améliorer un existant. Arnaud Lallemand vous explique la genèse et les principes de ce concept dans sa conférence le concept de l’écurie active du 26/10/2021 chez HORSE STOP®.

L’hébergement en écurie active se perfectionne chaque jour même si les grandes lignes sont tracées et les bases posées, la particularité de ce mode d’hébergement c’est son évolution permanente autour de 2 objectifs principaux : l’amélioration du bien-être équin et la réduction de la pénibilité du travail humain.

Pour ressentir un état de bien-être un cheval doit pouvoir, à minima, combler ses besoins fondamentaux. Pour déterminer ces derniers l’éthologie et l’observation sont des indispensables sur lesquels les spécialistes de l’écurie active s’appuient pour parfaire le concept.

Un point crucial pour réussir cet objectif d’amélioration du bien-être équin, est de se placer du point de vue du cheval. Analyser le comportement de ce dernier en considérant qu’il a les mêmes besoins physiques et physiologiques que nous est une grave erreur cela s’appelle d’ailleurs l’anthropomorphisme. Quelques exemples concrets :

  • Nous mangeons 3 fois par jour en moyenne alors que le cheval passe 70 % de son temps à manger. Calquer sa fréquence d’alimentation sur la nôtre c’est l’exposer à des problèmes gastriques, du stress, du mal être (car en situation de faim …)
  • Pour nous un abri sert à dormir ou à se protéger de la pluie, du vent, du soleil, de la chaleur, du froid. Le cheval va s’abriter lors d’épisodes météorologique particulièrement violents et l’été pour rechercher un peu d’ombre et se protéger des insectes mais la pluie et le vent modéré ne le dérangent pas, ni même les variations de température. De 5° à 25° pour lui ce n’est pas un problème. Pour dormir ? il ne se met pas « à l’abri » mais il trouve surtout dans l’abri un sol sec et si les abris sont pourvus de litière ou de matelas il y trouvera alors un peu de moelleux mais dans la nature le cheval ne recherche pas un abri pour se coucher.

Il existe bien d’autres exemples d’anthropomorphisme (notion de hiérarchie, sommeil, relations sociales…). Dans l’hébergement en écurie active, on tente de se rapprocher le plus possible des conditions de vie naturelles du cheval tout en intégrant son utilisation par l’homme pour les diverses activités équestre qui existent.

L’agencement des écuries actives est donc primordial. Il s’est affiné et perfectionné pour offrir aux chevaux des conditions de vie qui leur correspondent de mieux en mieux.

  • Les points d’intérêts (râteliers, abreuvoirs, distributeurs automatiques de fourrage ou de concentrés, pâtures…) qui étaient dans les débuts rassemblés au même endroit sont à présent dispersés. S’ils sont bien répartis, les chevaux devront marcher régulièrement tout au long de la journée pour se rendre d’un point à un autre. Le cheval a besoin de se déplacer lentement, c’est ce qu’il fait de façon continue dans son milieu naturel, cela facilite sa digestion et contribue à le garder en forme musculairement.

 

  • La distribution de l’alimentation s’est transformée. L’observation au cours des dernières années a mis en évidence la nécessité d’individualiser cette dernière pour s’adapter au besoin de chaque individu. Selon son âge, son activité, son gabarit, son état physiologique, la quantité ou la nature de l’alimentation dont il aura besoin sera différente. Les automates de distribution de fourrage et de concentrés ont vu le jour et se sont perfectionnés pour aujourd’hui bénéficier d’une gestion informatique qui permet une grande précision. Grâce au transpondeur dont sont équipés les chevaux, chacun d’entre eux est reconnu individuellement et l’automate lui délivre la ration spécifique qui lui est attribuée. Cette ration quotidienne est fractionnée le cheval peut donc manger donc tout au long de la journée. Les portes sélectives viennent compléter ce dispositif, elles donnent la possibilité de contrôler les accès au fourrage à volonté ou au pâturage selon le régime alimentaire le mieux adapté à chacun.
point-interet L’écurie Active et son évolution 20 ans après
point-interet L’écurie Active et son évolution 20 ans après
point-interet L’écurie Active et son évolution 20 ans après
  • Les sols : L’observation et les retours d’expérience ont également mis en évidence que les sols d’une écurie active se devaient d’être améliorés. Permettre aux chevaux d’évoluer en permanence sur des sols secs et portants est devenu une évidence. Les zones à fortes fréquentation comme les aires d’alimentation sont à présent stabilisées. D’une part cela contribue à leur confort, il est bien plus agréable pour eux de marcher sur de tels sols. D’autre part, les sols secs les préservent de maladies telle que la galle de boue, le pourrissement des fourchettes ou encore les entorses provoquées par des glissades. En plus de préserver le sol, cet aménagement autorise un nettoyage mécanisé et donc une réduction notable du temps de travail et de la pénibilité pour l’homme.

Tous les sols de l’écurie ne sont pas identiques ils vont être définis pour répondre à chaque besoin. Les pistes peuvent être agrémentées de dénivelés, d’obstacles et de textures de sol variées afin d’entretenir l’équilibre et la proprioception du cheval. Certaines structures laissent des bandes d’herbe de chaque côté des pistes pour que les chevaux puissent grignoter durant leurs déplacements. D’autres zones sont réalisées avec un sol plus profond qui sera propice au repos couché et aux roulades.

  • Les abris eux aussi ont évolués. En écurie active les chevaux vivent en troupeau. On a pu observer que lorsque ce dernier est trop important les chevaux vont se répartir naturellement en sous-groupes selon leurs affinités. Il est donc beaucoup plus adéquat de prévoir plusieurs abris de taille moyenne plutôt qu’un seul grand abri. Un tel agencement donne la possibilité aux chevaux situés en bas de la hiérarchie de pouvoir s’abriter en se tenant à l’écart des dominants. Il permet également aux différents sous- groupes de s’abriter au même moment sans risque de tension. Une telle disposition offre à tous l’opportunité de s’abriter en respectant des distances et en gardant un contact visuel les uns avec les autres.
point-interet L’écurie Active et son évolution 20 ans après

Les abris doivent être installés de préférence dos au vent et bénéficier d’un sol sec et isolé. Paille, copeaux, chanvre, matelas confort… plusieurs possibilités s’offrent pour obtenir ce résultat.

  • L’aménagement d’une zone de « reprise » s’est avéré nécessaire voire indispensable pour les écoles d’équitation. D’une part, en écurie active les chevaux étant totalement libre de leurs déplacements, ils peuvent se trouver relativement loin des aires de pansages et de travail au moment où l’on souhaite les récupérer. Le problème sécuritaire peut également se poser avec notamment des enfants qui iraient chercher leur poney au milieu de chevaux de grands gabarits. Ces zones sont des espaces de vie ou les équidés retrouvent tout ce dont ils ont besoin : fourrage, abreuvement … elles sont suffisamment grandes pour accueillir confortablement les chevaux ou poneys avant les cours ou entre 2 séances mais suffisamment réduites pour maintenir les équidés à proximité pour les cavaliers.
  • L’installation de sas a également fait son apparition. D’une surface beaucoup plus réduite que les aires de reprise, cet agencement s’avère très apprécié dans les écuries de propriétaires. Equipés de 2 portails ils sont très pratiques et sécuritaires pour récupérer un cheval en évitant le risque de voir un autre individu profiter du portail ouvert pour s’offrir une petite balade non autorisée.
  • L’intégration d’un nouvel arrivant : Pour bénéficier d’un climat calme au sein d’une écurie active le groupe qui y évolue doit être stable. Pour cette raison lorsqu’un nouvel individu doit être ajouté au groupe il est important qu’il soit d’abord « présenté » à ses futurs compagnons. Les boxes /paddock d’intégration ont donc vu le jour. Cet agencement offre aux chevaux la possibilité de faire connaissance à leur rythme. L’observation humaine permettra de définir à partir de quel moment le nouvel arrivant pourra être intégré au reste du groupe sans risque de blessures pour les uns ou les autres, ni tension particulière.
point-interet L’écurie Active et son évolution 20 ans après
point-interet L’écurie Active et son évolution 20 ans après

Comme nous l’avons évoqué le concept de l’écurie active est un concept vivant basé sur l’analyse du comportement équin et qui doit être adapté à chaque structure. Plus il sera répandu plus chaque propriétaire d’écurie sera une force d’observation et donc de transformations positives. On peut donc miser sur le fait que si les 20 dernières années ce mode d’hébergement s’est fortement développé et a considérablement évolué les 20 prochaines années vont également apporter leur lot d’améliorations.

La mécanisation du nettoyage, l’automatisation de l’alimentation, la gestion des accès permettent de gagner un temps considérable qui peut être consacré à des tâches beaucoup plus lucratives pour l’écurie et beaucoup plus valorisantes et passionnantes pour les propriétaires.

La réalisation d’une écurie active ne s’improvise pas. Pour être réussie elle doit avoir la capacité de répartir au mieux le troupeau sur les différents espaces. Son agencement général doit être pensé avec attention et précision. Simplement acheter le matériel sans faire appel à un professionnel peut s’avérer une lourde erreur. Cela peut occasionner beaucoup de déception et parfois même des coûts supplémentaires dont on aurait pu se passer. Un agencement optimisé c’est une somme de détails d’aménagement issus de l’expérience et adaptés à la structure équestre selon son activité, le nombre d’équidés présents et à venir mais aussi aux contraintes géographiques et géologiques. N’hésitez pas à faire appel à des spécialistes en écurie active et experts en aménagement.

point-interet L’écurie Active et son évolution 20 ans après

Laissez un commentaire

All rights reserved Salient.

Guide Complet
de 64 pages

Tout ce qu’il faut savoir pour créer son Ecurie Active

Découvrir