Comment bien utiliser la paille dans l’écurie active

Par 28 août 2017 mai 2nd, 2019 Articles, Gestion de l'écurie

La paille, sous-produit de la culture des céréales est traditionnellement utilisée dans l’hébergement des chevaux pour deux fonctions principales : l’alimentation et la litière.

L’éthologie scientifique s’est penchée sur la question du bien-être. Après avoir fait le point des connaissances sur la litière en paille en écurie traditionnelle ainsi qu’en hébergement en groupe, nous allons nous pencher sur les solutions techniques et les choix qui se présentent en matière de distribution de la paille ainsi que les conséquences en terme d’installations, de matériel et de temps de travail et bien sûr de bien-être et de confort des chevaux.

  1. Les fonctions de la paille

La paille est composée de la tige (ou chaume) des céréales récoltées à maturité. Sa couleur jaune indique que la plante est fanée, qu’elle a séché et que presque toute l’énergie a été concentrée dans les grains. Elle est composée pour moitié de cellulose ainsi que l’hémicellulose et de lignine. Elle est donc peu énergétique, peu digestible et peu apparente pour les chevaux. La valeur énergétique de la paille est très variable alors que la teneur en matière azotée est toujours très faible.

    1. Litière

La première fonction de la paille est d’être utilisée comme litière. Comme elle est creuse, elle est relativement absorbante et permet de recueillir les liquides et de servir de support à la collecte des déjections. Ses capacités absorbantes sont néanmoins bien moins importantes que celles des copeaux de bois.

Le confort procuré par la litière en paille est unanimement cité dans les études qui comparent les types de litière. La souplesse de la litière en paille est appréciée des chevaux pour le couchage. Il est vrai que le box fraichement paillé donne un aspect souple et une impression de confort auquel les cavaliers eux-mêmes sont sensibles.

ratelier-paille-ecurie-active-7 Comment bien utiliser la paille dans l’écurie active

    1. Alimentation

Comme nous l’avons vu, la paille a une valeur alimentaire faible mais il arrive de trouver des pailles plutôt appétentes que les chevaux ont tendance à consommer assez volontiers. C’est là que les problèmes peuvent commencer. En effet, le cheval qui va se « goinfrer » de paille fraiche a toutes les chances de se faire un bouchon intestinal qui bloque le transit et déclenche une colique dont l’issue peut être dramatique. Si le problème des bouchons est assez récurrent, il se traite de façon ponctuelle.

Le second effet délétère de la paille est plus pernicieux car il agit sur le long terme. Les analyses montrent que la paille comprend toujours plus ou moins de poussière que le cheval va respirer tout au long de sa vie. Cette exposition prolongée aux poussières est un facteur très favorisant pour l’apparition des maladies respiratoires chroniques comme l’emphysème. De plus, la paille issue de l’agriculture conventionnelle a, la plupart du temps, reçu des quantités de traitements chimiques de cultures significatives dont l’effet sur la santé du cheval est potentiellement délétère.

Enfin la problématique liée à la paille réside dans les capacités de stockage qu’elle nécessite. Elle nécessite non seulement une capacité de stockage des bottes de pailles mais compte tenu de sa présence dans le fumier, elle génère également un besoin en stockage de ce dernier. On considère qu’un cheval au box génère 1 m3 de fumier par mois. Ce volume est composé à 40 % de paille donc une fumière pour du crottin pur nécessitera seulement 0.6 m3 par cheval et par mois.

  1. Les alternatives à la paille

Les principales alternatives à la paille sont les litières alternatives comme le chanvre ou les copeaux de bois. Ces litières présentent les principaux avantages d’être beaucoup plus absorbantes et beaucoup plus saines du point de vue respiratoire. Elles génèrent donc moins de fumier, nécessitent moins de stockage et préservent la santé de l’appareil respiratoire. Par contre, elles nécessitent un entretien régulier pour demeurer économiques. De plus, elles ne se consomment pas donc diminuent la variabilité alimentaire disponible pour le cheval. Enfin ; les tests de préférence montrent qu’elles sont moins appréciées pour le couchage.

ratelier-paille-ecurie-active-7 Comment bien utiliser la paille dans l’écurie active

  1. La paille en écurie active

    1. La paille dans l’alimentation

Dans une écurie active, l’alimentation est essentiellement tournée vers le pâturage en été si la structure dispose de suffisamment de prairies et autour du foin en hiver. La paille n’est donc pas un constituant de l’alimentation de base. Cependant, pour différentes raisons, beaucoup de pensionnaires d’écuries actives consomment du foin dans des distributeurs de façon contrôlée dans des distributeurs automatiques. Sauf contre-indication particulière, il n’est pas recommandé de laisser ces chevaux sans fourrage à disposition. Dans ce cas, les chevaux doivent disposer de paille en accès libre. On remarque également que les chevaux qui disposent de foin à volonté consomment également de la paille. Ceci est probablement dû à la recherche de variété alimentaire qui a été mise en évidence par plusieurs études éthologiques.

Comme on ne veut pas exposer les chevaux au risque de colique dû à la paille, il est fortement recommandé de la distribuer au travers de filets petites mailles qui régulent la vitesse d’ingestion et incitent les chevaux à beaucoup plus mâcher leur bol alimentaire.

    1. Comment la distribuer

Le lieu de distribution de cette paille est à raisonner dans l’écurie active. En effet il est un point d’intérêt alimentaire à part entière en plus du foin et du concentré. Selon la configuration de l’écurie, on pourra soit le positionner loin des deux autres, soit plutôt proche du distributeur de concentrés. Cela permet de servir de « salon d’attente » au DAC (Distributeur Automatique de Concentrés). En effet, même si l’on respecte les ratios de nombre de chevaux pour un DAC, il est fréquent que les chevaux arrivent en groupe à ce dernier. Dans ce cas, les tensions en attendant que chacun passe sont apaisées par la possibilité de consommer un peu de paille ; faute de grive, on mange des merles !

 

    1. Litière de l’abri de couchage

L’autre point crucial concernant la paille en écurie active est celui de la litière de l’abri de couchage. Les écuries font le choix en fonction du contexte économique de fournir aux chevaux une litière paille ou des matelas confort ou de cumuler tapis ou matelas + paille.

  • Dans le cas d’une litière paille, il faut s’attendre à ce qu’elle soit en partie consommée pour l’alimentation. Dans ce cas, elle devra être régulièrement renouvelée car elle sera également rapidement souillée par les urines et les crottins que les chevaux ne manqueront pas de venir déposer. Plus le dortoir est loin des zones d’affouragement, moins il sera sali par les déjections.
  • Dans le cas d’une litière matelas, le gain de temps de travail est conséquent. Il est alors recommandé d’installer une zone de toilettes à proximité et de fournir aux chevaux une alimentation en paille dans un râtelier à ou abri de distribution dans l’aire principale de l’écurie active
  • ratelier-paille-ecurie-active-7 Comment bien utiliser la paille dans l’écurie activeEnfin, rien n’empêche d’envisager les solutions mixtes tapis ou matelas + litière pour apporter un top confort. La législation Suisse oblige d’ailleurs à fournir une litière même si les chevaux disposent de matelas. C’est d’ailleurs le choix qui fait l’unanimité chez les chevaux lors des tests de préférence.

ratelier-paille-ecurie-active-7 Comment bien utiliser la paille dans l’écurie activeLa paille est une litière consommable à deux visages. D’un côté elle offre le confort et un « fourrage » supplémentaire au cheval lui permettant une alimentation plus variée et de lutter contre l’ennui pour ceux qui sont hébergés au box. De l’autre, elle présente des inconvénients sanitaires de par la poussière et les résidus chimiques qu’elle contient en plus d’augmenter le risque de colique. Dans les écuries actives, l’expérience montre qu’elle a son utilité et donne de bons résultats à condition d’être choisie la plus saine possible et d’être distribuée sous filet petite maille ou en litière de façon raisonnée et en complément d’un fourrage plus varié et plus appétant.

Arnaud Lallemand

Consultant chez Horse Stop
Passionné de la relation homme cheval, il pratique l’équitation depuis l’enfance dans de nombreuses disciplines (CSO, complet, dressage, attelage, voltige cosaque, randonnée, élevage …) et fréquente divers établissements équestres toujours assoiffé de connaissance sur le cheval. Ingénieur des techniques agricoles, son expérience professionnelle conjugue porte à la fois sur les équipements et sols équestres et sur le cheval en tant que tel. 6ans passés au service ingénierie des Haras Nationaux ont développé ses compétences en terme de conception des sols équestres et de développer ses connaissances sur les questions de bien-être des chevaux. Il obtient le DU d’éthologie de l’université de Rennes avec mention. Convaincu que le bien-être du cheval n’a de sens que s’il est porté par une grande fonctionnalité de l’ensemble de la structure. A l’occasion de l’Equimetting infrastructures équestres du Lion d’Angers,il rejoint la société Horse Stop pour importer en France le concept très innovant de l’écurie active. Le partenariat avec HIT et l’approche scientifique du comportement équin font aujourd’hui bénéficier les porteurs de projet d’écurie active d’une compétence unique.
ratelier-paille-ecurie-active-7 Comment bien utiliser la paille dans l’écurie active

Les derniers articles par Arnaud Lallemand (tout voir)

Laissez un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

All rights reserved Salient.

Guide Complet
de 64 pages

Tout ce qu’il faut savoir pour créer son Ecurie Active

Découvrir