Foire aux questions sur l’Écurie Active

Quelle surface est nécessaire pour créer une écurie active ?

10 m² d’abri par cheval (environ)

100 m² de paddock minimum par cheval

Ce deuxième chiffre convient pour des chevaux calmes de petit gabarit. Pour des chevaux de type sport, on préfèrera 180 à 200 m² minimums. Bien sûr, plus c’est grand plus c‘est confortable pour les chevaux.

Qu’est-ce qui différencie une écurie active d’un paddock paradise ?

Ces deux principes d’hébergement des chevaux en groupe ont pour objectif de permettre aux chevaux d’exprimer au mieux leurs comportements naturels. L’Écurie Active recherche en plus à diminuer le temps de travail et la pénibilité grâce à l’automatisation de l’alimentation et au curage mécanisé des crottins. Le paddock paradise recommande des pistes de circulation étroites alors qu’elles sont larges (8 à 10 m dans une écurie active). Enfin, le paddock paradise comprend une philosophie du cheval pieds nus. L’écurie active ne rentre pas dans ce débat.

Quel budget est nécessaire pour créer une écurie active ?

On peut commencer une écurie active avec des clôtures, un abri, des râteliers à fourrage et un abreuvoir traditionnel pour un budget modeste. Puis on peut stabiliser progressivement le sol, installer un distributeur de concentrés puis des distributeurs de fourrage et portes sélectives. Pour le concept intégral et tout compris, compter environ 12 000 € par cheval. Quel que soit le budget du projet, il est toujours possible de construire progressivement et de réaliser un projet partiel ou par phases.

Tous les chevaux s’adaptent-ils à l’Écurie Active ?

En dehors des entiers qui sont presque toujours hébergés individuellement, tous les chevaux sont « naturellement » faits pour une vie en groupe et donc pour l’écurie active. Plus ils ont d’expérience sociale, plus ils s’adaptent vite. L’expérience montre que pour les chevaux extrêmement âgés et qui n’ont plus toutes leurs capacités motrices et /ou sensorielles, il est préférable de ne plus changer leurs habitudes.

Peut-on mélanger juments et hongres dans une écurie active ?

La castration ne supprime pas totalement les comportements sexuels des hongres. Ils se comportent calmement pour la plupart, mais certains individus expriment des comportements sexuels plus marqués. C’est pourquoi certaines écuries choisissent de séparer les mâles des femelles. C’est au choix du propriétaire.

Les chevaux ferrés peuvent-ils vivre en écurie active ?

C’est au choix du gérant de la structure. Le fait d’avoir des chevaux ferrés des antérieurs ne pose jamais de souci. Certaines écuries demandent à ce que les postérieurs soient déferrés, d’autres l’autorisent et certaines n’acceptent que les fers plastiques aux postérieurs. De façon générale, on constate que les blessures pas coups de pieds sont rarissimes… en effet, l’agencement est fait pour favoriser l’évitement des dominants par les subordonnés et les chevaux n’ont plus de raison de se disputer.

L’écurie active est-elle adaptée aux chevaux de sport ?

Bien sûr, les chevaux se déplaçant en permanence, ils maintiennent leur condition physique. En France et dans les autres pays, des chevaux vivant en écurie active pratiquent le sport et la compétition. Entre eux les chevaux sont simplement des chevaux, quelle que soit la discipline qu’ils pratiquent.

Comment gérer les sols dans une écurie active ?

Le sol est un élément important de l’écurie active, car il est très sollicité. Les zones les plus fortement sollicitées sont traitées avec des dalles de stabilisation sablées posées sur un sous-sol préparé. Les zones autour des râteliers recueillent aussi la majorité des crottins et sont donc traitées en dalles lourdes pour être quotidiennement curées mécaniquement. Les zones de parcours sont traitées en dalles drainantes classiques. Enfin, si le terrain le permet, les zones les moins fréquentées peuvent être laissées en terrain naturel. Évidemment, la présence de pâtures à la belle saison est un avantage.

Quels sont les principes d’agencement d’une écurie active ?

– Le premier principe est de séparer les points d’intérêt. (abri, fourrage, concentré, paille, eau, zone de roulade, pierre à sel, etc.) De cette façon, les chevaux sont actifs entre ces points et l’abri demeure un endroit calme exclusivement dédié au repos.

– Le second principe est d’optimiser la distance fourrage/ concentrés pour qu’elle soit suffisante pour faire marcher les chevaux, mais pas trop pour ne pas les décourager.

– Le troisième principe est d’éviter tout cul-de-sac et tout coin où un cheval pourrait se faire coincer par un congénère.

– Enfin une somme d’astuces issues de l’expérience permettent d’optimiser la logistique dans l’écurie et incitent les chevaux à toujours plus d’activité.

Les automates ne font-ils pas perdre le lien à l’homme ?

La pratique montre que non. D’une part, les chevaux sont bien dans leur tête et sont donc bien plus enclins à interagir avec l’homme. D’autre part, les chevaux demeurent curieux et très proches de l’homme. Enfin, la relation n’est plus biaisée par l’assimilation à la nourriture. Cela permet de rentrer dans un autre type de relation au cheval.

Quel est le prix d’une pension en Écurie Active ?

Le prix d’une pension en écurie active dépend du niveau de prestation et de l’ensemble du service fourni. À prestation équivalente, le cheval est dans de meilleures conditions qu’en box donc il serait logique que le prix de pension soit un peu plus élevé que pour une pension box (à service et équipements annexes équivalents).