Héberger des chevaux de sport en écurie active

Par 12 septembre 2019 Réalisations

Encarte

Eric et Ellen Schmitt, passionnés d’équitation et de leur métier de vétérinaire, logent leurs cinq chevaux de sport dans une écurie active. Cette décision est le résultat d’une réflexion profonde sur la santé des chevaux. Plusieurs de leurs chevaux ont connu de longues périodes d’inaptitude pour le sport, malgré de bons diagnostics et un apport en soins vétérinaires adéquats.  À la suite des recherches scientifiques et des visites d’écuries actives, ils ont choisi ce système de logement, sans hésitation.

La priorité était de permettre aux chevaux de (re)trouver des conditions naturelles de vie, sans pour autant souffrir des désavantages qui les accompagnent (abcès de sabot, galle de boue, pourriture de fourchette, surpoids, traumatisme). Ensuite, la propreté des chevaux au quotidien ainsi que la possibilité d’héberger des chevaux tondus a influencé le choix de conception. Finalement, l’ergonomie de l’entretien des chevaux et leur environnement étaient décisifs pour l’équipement de l’écurie. La conception de l’écurie est faite en collaboration avec Arnaud Lallemand de la société HORSE STOP.

L’écurie est composée de 600 m de chemins qui entourné 3 paddocks en herbe (surface total = 6500m²) et une carrière équestre de 1200 m². La largeur des chemins est de minimum 8 mètres jusqu’à 16 m dans les zones d’alimentations. Les chemins sont stabilisés sur une largeur de 5 m avec un couche de 5 cm de tout venant (0/20) couvert par 3 cm de sable concassant (0/4) et 5 cm de sable lavé (0/1). Les chemins stabilisés sont bordés par une zone de 1m50 de chaque côté en herbe. La stabilisation des zones d’alimentations est complétée par des dalles en caoutchouc (Heavy Drain et Hors’sol). Le sol de la carrière est stabilisé de même façon que les chemins. La couche de sable est d’une épaisseur de 10 cm et mélangé avec un géotextile.  Les chemins et paddocks sont entourés par une clôture en pin sylvestre, traité et autoclavé en 3 lisses pour les clôtures à l’extérieur et 2 lisses pour les clôtures à l’intérieur. Les clôtures sont doublées par un fil électrique en aluminium.

Les paddocks sont utiles en pâturage tournant (1). Il y a deux râteliers avec du foin toujours disponible. Ils sont couverts par des filets qui ralentissent l’ingestion du foin. L’eau est disponible grâce à des abreuvoirs antigel à niveau constant. Les concentrés sont distribués par un automate : chaque cheval possède sa ration préprogrammée, adaptée à ses besoins. Les chevaux sont en autonomie pour une durée allant jusqu’à une semaine. Une fois par semaine, l’automate et les râteliers de foin sont remplis ainsi que les crottins enlevés mécaniquement.

Les chevaux sont protégés contre la pluie et la chaleur par des filet « porte ombre » et par des éléments naturels, comme des arbres et des haies. Ses éléments naturels se trouvent à l’extérieur de la clôture.

L’importance des conditions de logement des chevaux sur leur carrière sportive

La santé de votre cheval est primordiale : « Sans cheval, pas de cavalier ». Qu’avec un cheval en parfaite santé, les performances seront au rendez-vous. Cela est vrai pour toutes les disciplines.

Les effets bienfaiteurs de la santé vont plus loin que la performance sportive. Pour les chevaux à valoriser, la santé actuelle aura un impact important dans la carrière future. Les juments d’élevage transmettront directement leur propre santé aux poulains par le colostrum et par un lait maternel. Finalement, nous sommes tous des passionnés ; on aime nos chevaux : on veut faire durer le plaisir le plus longtemps possible. La santé en est le meilleur garanti !

Donc logique, que nous soyons aux petits soins. L’offre de service dans le domaine de santé des chevaux est riche et ne cesse de s’améliorer (2, 3, 4). Déjà, les services des vétérinaires équins, dentistes, maréchaux ferrants et autres se sont développés et se sont installés dans la routine des écuries (5). L’ostéopathie, kiné-thérapie et massage s’y sont rajoutés. Au niveau des traitements, il existe des traitements curatifs adaptés aux chevaux de sport.  Également, côté préventif il y a un large choix. L’industrie alimentaire a fait beaucoup de progrès en proposant des rations adaptées à l’utilisation et activité de chaque cheval. Depuis plusieurs années, la santé et le bien-être de nos chevaux est devenu un élément incontournable dans la filière équestre au niveau national et international (6,7).

Ces progrès et ces prises de conscience ont fait que l’âge moyen des chevaux a augmenté dans les dernières années. Cependant, vis-à-vis des chevaux de sport, les effets sont moins pertinents. Des études démontrent que la durée moyenne de la vie active d’un cheval de sport ne dépasse rarement 2 à 3 ans, 3 à 4 ans et 5 ans pour les chevaux de course, compétition disciplines de dressage et CSO et club, respective (8).  Les coliques sont toujours la maladie principale chez les chevaux, directement suivie par les problèmes des boiteries (9, 10). La durée de la période de vie active parait faible comparée aux investissements réalisés dans l’élevage et l’éducation de nos chevaux de sport.

La prévention des blessures précoces avec l’objectif de prolonger la vie active de nos chevaux de sport est un vaste sujet de recherche (11). Un des piliers de ces études analyse les effets du logement des équidés sur leur santé (12, 13, 14). Il est démontré qu’un rapprochement vers des conditions de vie naturelles influence positivement les aptitudes sportives. Marcher et manger toute la journée ainsi que vivre en groupe contribue à la santé et la longévité.

La question est comment peut-on apporter ses qualités de vie à nos chevaux de sport, sans pour autant renoncer aux exigences du sport ? Et sans pour autant mettre nos chevaux à risque en les exposant à des blessures ou à d’autres problèmes associés à la vie en groupe et en liberté ? Une solution peut être le logement en écurie active (15). Pendant une série d’articles, nous exposerons les avantages du logement des chevaux de sport dans une écurie active sur la prévention des coliques, des boiteries, des problèmes pulmonaires, la disponibilité mentale et des problèmes musculaires.

  1. Doligez P, Doligez E, Marnay L, Trillaud – Geyl C. Pâturage tournant ou continu pour les prairies destinées aux chevaux. 2014 Equipédia, IFCE
  2. Gutierrez-Nibeyro SD, McCoy AM, Selberg KT. Recent advances in conservative and surgical treatment options of common equine foot problems. Vet J. 2018:237:9-15.
  3. Daglish J, Mama KR. Pain: Its Diagnosis and Management in the Rehabilitation of Horses. Vet Clin North Am Equine Pract. 2016:32:13-29.
  4. Barrachina L, Romero A, Zaragoza P, Rodellar C, Vázquez FJ. Practical considerations for clinical use of mesenchymal stem cells: From the laboratory to the horse. Vet J. 2018:238:49-57.
  5. Sandoval C, True C. Equine wellness care in ambulatory practice. Vet Clin North Am Equine Pract. 2012:28:189-205.
  6. Campbell ML. Freedoms and frameworks: How we think about the welfare of competition horses. Equine Vet J. 2016:48:540-542.
  7. Vidament M, Lansade L, Ferry B, Doligez P, Scemama – De Gialluly S. Le bien-être du cheval. 2015. Equipédia, IFCE
  8. Rogers CW, Bolwell CF, Gee EK. Proactive Management of the Equine Athlete. Animals. 2012: 2:640-655
  9. O’Brien E, Stevens KB, Pfeiffer DU, Hall J, Marr CM. Factors associated with the wastage and achievements in competition of event horses registered in the United Kingdom. Vet Rec. 2005:157:9–
  10. Wallin L, Strandberg E, Philipsson J, Dalin G. Estimates of longevity and causes of culling and death in Swedish warmblood and coldblood horses. Livest Sci. 2000:63:275–
  11. Rich T, Patterson-Kane JC. Science-in-brief: What is needed to prevent tendon injury in equine athletes? A conversation between researchers and industry stakeholders. Equine Vet J. 2014:46:393-8.
  12. Holzhauer M, Bremer R, Santman-Berends I, Smink O, Janssens I, Back W. Cross-sectional study of the prevalence of and risk factors for hoof disorders in horses in The Netherlands. Prev Vet Med. 2017:140:53-59.
  13. McGreevy PD, French HP, Nicol CJ. The prevalence of abnormal behaviours in dressage, eventing and endurance horses in relation to stabling. Vet Rec. 1995:137:36-37
  14. Jorgensen GHM, Borsheim L, Mejdell CM, Sondergaard E, Boe KE. Grouping horses according to gender – Effects on aggression, spacing and injuries. Appli. Anim. Behav Sci. 2009:120:94-99
  15. Lallemend A. Des automates pour libérer les chevaux. 2016 L’agriculteur Normand

Ellen Schmitt

Vétérinaire chez Equilogique
Cavalière depuis toujours et vétérinaire de métier, le choix de sa profession a été logique et évident. Ellen pratique le CSO et le Dressage en compétition pour son loisir. Vétérinaire professionnelle en bovin, elle est très au fait de la gestion du troupeau, habituée à l’utilisation des automates (DAC, robots de traite…), elle est donc particulièrement sensible à l’ergonomie des aménagements de gestion de troupeaux. « Le bien-être des animaux et des personnes est le seul moyen efficace d’aller bers la performance. ». Elle proclame haut et fort l’importance de l’ergonomie des structures équestres : se défaire du travail répétitif est le seul moyen de se concentrer sur les détails qui amènent vers la performance. En 2019, elle réalise son rêve d’enfin accueillir ses chevaux chez elle, dans le cadre de la société Equilogique. Tirant tous les bénéfices de son expérience de l’élevage bovin, elle se tourne sans hésitation vers l’écurie active comme mode d’hébergement. Son souhait d’héberger ses chevaux dehors et en troupeau ne l’amène nullement à renoncer à la compétition, avec des chevaux tondus, propres et bénéficiant des meilleurs soins pour leur santé générale et la santé de leurs pieds en particulier.
ellen-schmitt Héberger des chevaux de sport en écurie active

Laissez un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

All rights reserved Salient.

Guide Complet
de 64 pages

Tout ce qu’il faut savoir pour créer son Ecurie Active

Découvrir